Chroniques de Frère Tim Coldwell, conseiller général de la région RELAN (semaine 2)

Frère Timothy Coldwell, FSC, est le conseiller général qui représente au Conseil Général la Région Lasallienne de l’Amérique du Nord. Il publie sur une base régulière des chroniques qui permettent au lecteur de saisir de l’intérieur ce qui se vit à ces jours-ci à l’Assemblée intercapitulaire 2018 qui se déroule au Centre de l’Institut à Rome. Nous les publieront sur cette page au fur et à mesure qu’elles apparaîtront sur son blogue. Rendez-vous au bas de cette page pour lire les dernières chroniques. Nous en sommes déjà à la 2e et dernière semaine de délibérations. Un grand merci à Frère Tim et à Frère Florent de nous permettre de vivre l’événement à distance.

Bonne lecture! Denis de Villers, responsable des communications

 

 

Chronique numéro 6:

La journée d’aujourd’hui a débuté avec une expérience extraordinaire. Avez-vous déjà entendu parler du « World Café » ? Si non, voici une très brève description : c’est un dialogue intimiste qui mène à une découverte collective. Les frères se sont assis librement cinq par table, pour parler ouvertement de deux questions qui étaient conçues de façon à enflammer leur cœur et leur imagination. À mi-parcours, tout le monde a bougé et pris place à de nouvelles tables pour de nouvelles conversations. Les deux questions étaient: « Quelles sortes de choses vous passionnent, que vous voulez explorer davantage et pour agir en conséquence ? » et « Que doit-il arriver maintenant pour faire une différence ? »

Les Conseillers Généraux ont joué le rôle de serveurs, servant boissons et biscuits alors que de la musique de café Français jouait en arrière-plan. C’était excitant d’écouter les conversations, bien que le service de mes frères prenait toute mon attention et en même temps, je ne pouvais m’empêcher d’observer comment l’apparence de dialogue est en fait souvent une rencontre de non-dialogue. Chacun était responsable de la conversation, il n’y avait aucun Président, ni aucune prise de décision.

Frère Michael French nous a présenté ce stade de discernement collectif avec tout l’humour et l’intelligence qui le caractérise et nous a fait faire un bon bout de chemin de plus dans l’engagement qui déjà était à un niveau très élevé. L’expérience World Café fourni le tissu entrelacé qui a permis de faire le pont entre la première semaine et cette semaine. J’étais en admiration en observant les tables du monde comme l’amalgame de l’Inde-l’Irlande-l’Éthiopie-la Thaïlande-et l’Australie ; la Pologne-le Cameroun-la France-le Congo-et le Burkina Faso ; et, la Colombie-l’Espagne-le Brésil-le Pérou-et le Mexique tous occupés à imaginer une voie vers l’avenir.

C’était magique d’être au milieu de toute cette magie.

L’après-midi était davantage sous le signe du futur. Nous avons reçu un exposé complet sur le tricentenaire de la fin du voyage terrestre du fondateur — 2019, ou comme le frère David Hawke l’appelle, le « 219. » Les événements internationaux et les différentes initiatives y ont été expliquées, et nous avons partagé en région et en district les nôtres. Il y a beaucoup de choses de prévues, mais après toutes ces présentations, j’ai pensé : ça alors, on ne sait pas quelles initiatives nouvelles peuvent encore être présentées et mises en œuvre, même si 219 est imminente.

Frère Timothy Coldwell, FSC, Conseiller Général, RELAN, 12 mars 2018

 

Chronique numéro 7:

J’aime notre logo et notre thème : « En camino – En route – Sur le chemin».  Je ne pense pas que la plupart des gens apprécient pleinement les routes, réelles et métaphoriques. Nos Visiteurs et nos Visiteurs Auxiliaires, eux, voyagent. Ils entretiennent des relations fraternelles pour soutenir les frères et les communautés et aussi soutenir la myriade de groupes qui contribuent à la mission et qui en bénéficient — les frais de voyage qui rendent ces rencontres possibles sont incommensurables. Venir à Rome peut sembler une longue route à faire, mais c’est ce que représente l’Assemblée Intercapitulaire en partie c’est un repos nécessaire comme pour arrêter le long du chemin du ministère de direction et d’animation qu’ils exercent.

 

Exercer le leadership c’est communiquer, et nous en avons déjà parlé pas mal. Le leadership signifie aussi réfléchir et discerner. Il était bon de se rappeler que le dialogue constitue la première étape indispensable dans le discernement alors que l’écoute est la première étape indispensable dans le dialogue.

Nous avons passé la matinée en toute intimité de prière avec Jésus. Nous avons imaginé qu’il était venu en visite dans notre district. « Que verrait-il et qu’entendrait-il dans notre district qu’il pourrait bénir ? Que mettrait-il au défi ? Qu’encouragerait-il ? Que réprimerait-il ? Cette écoute et ce dialogue profonds avec Jésus était une étape dans un discernement progressif qui a commencé avec le World Café d’hier. Plus tard dans l’après-midi, nous avons échangé les uns avec les autres à propos des défis et des opportunités que l’Esprit nous appelle à assumer. Pour poursuivre notre discernement collectif, le Frère Supérieur nous a fait part de quelques remarques et a tenu ensuite une période de questions-réponses libres avec les participants. Il nous a confié qu’il a senti une synergie dans les séances de la semaine dernière, soulignant particulièrement le travail de solidarité et développement, l’analyse statistique et les observations du comité de stratégie internationale et ses recommandations. À titre d’exemple, il a dit, « Nous avons 100 000 partenaires avec de très bonnes idées sur la façon d’aller de l’avant. En écoutant et en collaborant avec eux, beaucoup de bien peut être accompli. » Nous sommes sur le chemin !

Frère Timothy Coldwell, FSC, Conseiller Général, RELAN, 13 mars 2018

 

Chronique numéro 8:

« Il ne suffit pas de naviguer sûrement : il faut arriver au port, sans quoi tout le chemin que vous feriez serait inutile, parce qu’il n’aurait pas la fin que vous vous y êtes proposé. » (164,3). Lorsque notre prière du matin inclus ce passage de l’une des méditations mariales de De La Salle, je suis devenu curieux. J’ai découvert d’autres points qui parlent directement à notre expérience : « vous avez sans doute, un besoin de lumière dans cette vie, où vous êtes toujours comme sur une mer orageuse, en danger de votre salut » (164,1) ; « Le chemin que vous avez à faire dans ce monde étant si périlleux, il vous faut un guide pour y marcher sûrement » (164.2).

Ces passages font écho aux thèmes contemporains que sont l’accompagnement et la formation, lesquels servent à soutenir le chemin vocationnel. Frère Jesús Rubio, Secrétaire à la Formation, a présenté le deuxième projet du Guide pour la Formation avec enthousiasme et intelligence. Ce texte sera la première tentative de proposer un guide pour toute la famille lasallienne des communautés consacrées et éducatives. Les participants ont eu à réagir à ce qui suit : Quels sont les éléments positifs ? Quels éléments essentiels sont absents ? Quels sont les éléments non essentiels qui peuvent être omis ? Le projet va-t-il dans la bonne direction ?

Dans l’après-midi, nous nous sommes rencontré par Région pour partager le fruit de notre discernement de ces deux derniers jours autour de la question « Quels sont les 2 ou 3 sujets qui méritent notre attention et nos énergies pour les trois prochaines années au niveau régional et de District ? » Il est toujours difficile d’arrêter une vague d’énergie, mais nous avons tout de même dégagé une priorité pour la formation et l’accompagnement pour tous, l’accessibilité pour les pauvres et la pérennité de nos oeuvres actuelles et la planification de la relève des dirigeants. On dirait que nous allons avoir besoin de toutes les mains sur le pont pour naviguer en toute sécurité !

Frère Timothy Coldwell, FSC, Conseiller Général, RELAN, 14 mars 2018

Chronique numéro 9:

Ce matin, nous avons été envoyés deux par deux pour nous accompagner l’un l’autre.  C’est un de mes exercices spirituels préféré. En effet, c’est sans doute une des meilleures façons d’approfondir notre relation avec Jésus que de partager de cœur à cœur en présence du corps du Christ incarné dans la personne physique de l’autre qui marche à nos côtés. J’ai parcouru le jardin de la Casa avec Frère Diego Muñoz et nous avons parlé de ceux qui nous avaient accompagnés dans notre cheminement vocationnel. Nous avons partagé sur ce que nous croyions essentiel et non essentiel pour la vie quotidienne. Enfin, nous avons parlé des occasions où nous avons pu faciliter le parcours d’autres personnes dans leur quotidien. Ce fut là la courte marche précédant le jour de la longue marche dans la terre de l’éducation et de la mission. Frère Nestor Anaya a présenté la première ébauche des « Critères d’identité lasallienne et de vitalité ». Des groupes se sont rencontrés pour exprimer leurs observations et leurs recommandations avant de les partager à toute l’Assemblée.

Et puis, la surprise : on nous a présenté les 18 étudiants universitaires venus vivre et étudier ce semestre à la Maison généralice. Ils sont de l’Université De La Salle Bajio (Mexique), l’Université Lewis, l’Université St. Mary’s, l’Université Christian Brothers et Manhattan College. Depuis toujours, nous rêvions d’inaugurer ici un centre d’études international lasallien. Grâce aux efforts infatigables du Docteur Dominic Colonna (Université Lewis), le semestre lasallien d’études à l’étranger est une réalité !

Avant le dîner, nous nous sommes penchés sur la Déclaration sur la pédagogie lasallienne, suivant le même processus pour l’examen et les recommandations, après quoi nous nous sommes réunis pour les photos, un classique dans les marches de l’entrée principale. Après le dîner, Frère Jorge Gallardo nous a donné une présentation sur les initiatives D’Au-delà des Frontières demandés lors du chapitre et les huit politiques qui en guideront la mise en œuvre. Ensuite, il a interviewé les conseillers sur les initiatives menées dans leurs régions respectives.

Après la journée du long voyage nous avons, en chemin, trouvé le temps de rompre le pain à la table liturgique et la table du souper.
Frère Timothy Coldwell, FSC, Conseiller Général, RELAN, 15 mars 2018

Chronique numéro 10:

Frère Bob Schieler a parlé de gouvernance et d’association aujourd’hui, particulièrement en Europe, mais il a invité d’autres personnes à partager ce qui émerge actuellement. La France a partagé le développement de la « Fraternité éducative La Salle, » un effort créatif de partager le leadership et la gouvernance avec les lasalliens pour l’orientation future de la mission. Nous avons été invités à partager un ou plusieurs projets de notre district ou de notre région en dessinant avec des marqueurs sur les fenêtres dans le couloir menant à la chapelle. Ce « marché aux idées » a été amusant et révélateur : nous sommes créatifs dans la recherche de moyens pour aider les gens sont en situation difficile.
Toute cette créativité a conduit un frère créatif à relire ce qui est arrivé ces derniers jours dans la perspective de la fable contemporaine de Spencer Johnson — Qui a piqué mon fromage ? L’histoire comporte quatre personnages qui vivent dans un labyrinthe : les souris Flair, Flèche et deux nains, Polochon et Baluchon. Tout se passe bien jusqu’à ce que leur fromage disparaisse. Flair et Flèche rapidement acceptent la perte du fromage et partent à la recherche d’autres sources de nourriture. Les nains eux, hésitent et se perdent en conjectures.

Cette semaine a été une rencontre avec le changement. Les livres sur la formation et la pédagogie sont littéralement réécrits et visent à nous aider à naviguer notre route à travers le labyrinthe dans la poursuite de notre « fromage », le salut et la libération des jeunes par le biais de notre œuvre d’éducation et d’évangélisation. L’histoire de notre Institut, lorsqu’il est en croissance et en décroissance et de même, l’histoire de la mission Lasallienne, quand elle est fragile et stable, est une histoire de changement et de créativité.

Le nain de l’histoire, Polochon, a finalement vu la lumière en voyant ses amis souris agir : « Ils ont gardé une vie simple. Ils n’ont pas sur analysé ou compliqué à outrance des choses. Lorsque la situation a changé et le fromage avait bougé, ils ont changé et bougé avec le fromage. » Et ainsi en va-t-il pour nous.  Le changement est-il la fin de la vie telle que nous l’avons toujours connue ou n’est-il pas plutôt le début d’une nouvelle vie qu’il apprendre à connaître ?

Qui a piqué mon fromage?

Frère Timothy Coldwell, FSC, Conseiller Général, RELAN, 16 mars 2018

 

À vrai dire, j’ai dû rompre avec la fête de la Saint-Patrick célébrée au sous-sol pour écrire quelques réflexions finales en cette dernière journée d’une Assemblée intercapitulaire très enrichissante !

Chaque journée a commencé avec un symbole, et aujourd’hui c’était la lumière.  Nous avons allumé des bougies au cours de la prière du matin, et Frère Supérieur ainsi que chaque conseiller régional ont ramené une lanterne de la chapelle jusqu’à la salle de l’Assemblée. Elles sont restées allumées tout le long des sessions du matin jusqu’à ce que nous les ramenions à l’église pour la cérémonie de clôture. Comme dans les lectures liturgiques du carême, dans l’Évangile de Jean, le thème de la lumière et de l’obscurité a accompagné notre temps passé ensemble. Ce thème nous offrait aussi un cadre de réflexion sur les ombres et la lumière qui tombent sur notre consécration, notre fraternité et notre mission en tant que frères.

Frère Florent Gaudreault, visiteur du Canada francophone, capte ce sens de la lumière et des ombres dans sa réflexion :

« Rendons grâce à Dieu pour ces jours bien réussis d’évaluation, de planification, de réflexion et de prière. On ne connaît pas l’avenir, mais on le voit tout de même un peu venir, et ce que j’ai vu et entendu me convainc que cet Institut, qu’il semble ou qu’il soit en décroissance ici, ou qu’il aille bien là-bas, est encore « d’une très grande nécessité » (R, 152). ».

Nous avons consacré une grande partie de la matinée à l’avenir. Comment voulons-nous concevoir le processus de pré-46ème Chapitre Général ? Quels thèmes voulons-nous envisager ? Il semble y avoir un consensus sur la pertinence d’initier une quantité importante de travail précapitulaire au niveau des régions et des districts et ainsi déterminer les priorités spécifiques à l’avance pour être cohérent avec ce qui se passe sur le terrain. Le discours de clôture de Frère Bob Schieler était également orienté vers l’avenir, et j’ai senti mon coeur s’agiter quand il a dit : « Jésus est notre Fondation, annoncer l’Évangile de notre tâche et je vous envoie pour favoriser la vie communautaire et promouvoir l’association pour la mission. »

Merci pour la promenade avec moi « sur le sentier intercapitulaire » de ces deux dernières semaines.

Frère Timothy Coldwell, FSC, Conseiller Général, RELAN, 17 mars 2018

Les commentaires sont fermés.

404