Série présence de Dieu: Chris Barczak

C o m m u n a u t é   p r i a n t e

Dans la méditation pour la fête de sainte Thérèse, De La Salle écrit : « Si vous aimez Dieu, la prière sera la nourriture de votre âme, et il entrera en vous, et vous fera manger à sa table. (…) et vous aurez ensuite l’avantage de l’avoir présent dans vos actions, et de n’avoir d’autre vue que de lui plaire.  » (Méd, 177,3)

Il y a plus de 20 ans, j’ai été engagé à Calvert Hall.  Nous avions un prêtre, membre du personnel. En plus de la messe mensuelle pour l’école, il célébrait l’eucharistie quelques fois de fois par semaine. Il y a environ 10 à 15 ans, à cause du déclin des vocations dans notre diocèse, notre aumônier a été muté. Alors que nous avions encore des prêtres qui venaient célébrer l’eucharistie pour l’école, nous manquions l’eucharistie régulière pendant la semaine. Plusieurs membres de notre département d’enseignement religieux ont alors décidé d’inclure une prière quotidienne avant le début des classes. Nous avons aussi décidé d’offrir la communion au même moment. C’est maintenant devenu une tradition depuis un bon nombre d’années. Lors des deux dernières années scolaires, nous avons ajouté la prière du maître avant l’école après la communion.

Alors que cette nouvelle procédure satisfaisait mon appétit spirituel et physique pour l’eucharistie, mon désir lasallien de baser ma piété sur la sainte présence de Dieu était complète lorsque la communauté se réunissait pour prier. Tous les matins, de six à huit membres du personnel, accompagnés d’une poignée d’étudiants, se regroupaient pour prier, réfléchir sur les lectures du jour et recevoir la sainte communion. Cette « communauté » est devenue une « famille » alors que nous nous amusons ensemble, pleurons parfois ensemble et nous édifions sûrement les uns les autres dans la prière.

La responsabilité d’assurer la présidence de la prière et de la réflexion sur les lectures du jour est assurée par quatre d’entre nous. Chacun, à sa manière, s’efforce d’appliquer les lectures à la vie des professeurs et de façon plus importante à la vie des élèves. Nous essayons de trouver une unité spirituelle authentique que les membres de la communauté, réunis pour la prière, peuvent emporter pour la journée en marchant en « la sainte présence de Dieu ».

« Votre emploi ne consiste pas à rendre chrétiens vos disciples, mais à les faire de véritables chrétiens; (…) Il leur servirait de peu d’avoir reçu le baptême, s’ils ne vivaient selon l’esprit du christianisme. Pour le donner aux autres, il faut le bien posséder soi-même. » (Méd. 171.3). Nous sommes une petite église, une communauté ou une famille de foi. Nous partageons les travaux, les défis et les joies. Nous interpellons la conduite de l’un ou l’autre quand elle nous apparaît contraire à l’Évangile. Il peut devenir facile d’occuper mon temps chaque matin à l’enseignement, (courrier électronique, plans de leçons, bavardage dans la salle du personnel, etc.) mais je suis plus efficace et un meilleur lasallien quand je me nourris de la sainte présence de Dieu que je retrouve dans la communion et dans ma sainte communauté.

« C’est particulièrement à vous que Jésus-Christ adresse ces paroles de l’Évangile de ce jour : Cherchez premièrement le royaume de Dieu. En effet, vous n’avez dû venir dans cette maison que pour le chercher : premièrement pour vous; secondement pour ceux de l’instruction desquels Dieu vous a chargés. » (Méd. 67.1)

Pour apporter la sainte présence de Dieu à mes élèves, je dois d’abord apporter sa sainte présente À moi et EN moi.

Chris Barczak

Calvert Hall High School

Baltimore, MD

Les commentaires sont fermés.

404