Série présence de Dieu: Dieu est toujours parmi nous.

Mon professeur de théologie, Dr Ware, m’a souvent parlé de la force du langage. Comment Dieu aurait-il pu créer le ciel et la terre autrement que par ces simples mots : « Dieu dit »? Pourquoi aussi Jacob a-t-il voulu la bénédiction d’Isaac? Pourquoi encore Jean nous dit-il, « Au commencement était la Parole . . .»? Quand je pense maintenant au pouvoir du langage, je me demande quelle autre formule que ces mots « Souvenons-nous » peut calmer un gymnase de 500 étudiants turbulents réunis pour une assemblée. La réponse est immédiate – silence – alors que 500 étudiants, presque sauvages, sont transformés en étudiants apparemment angéliques qui répondent « Nous sommes toujours en la sainte présence de Dieu » . « Oups »! Vous pouvez peut-être vous demander … toujours ? Oui, toujours.

               Après le 9 septembre, les élèves de la classe 2002 ont voulu rappeler le souvenir de la tragédie de notre nation par une grosse pierre, maintenant le point d’attraction pour un jardin de prière sereine qui accueille tous ceux qui arrivent à note école. Sur un des côtés, on a gravé « En mémoire des victimes du 11 septembre 2001. » De l’autre côté, « Souvenons-nous que nous sommes toujours en la sainte présence de Dieu ». Et c’est là. « Toujours ». Dans la pierre.

               C’est un mystère pour moi que l’on ait inclus le mot « toujours », un mystère avec lequel je me sens très à l’aise. « Toujours » est devenu une partie de moi-même.  C’est comme le discours de l’orateur de « Obstacles à l’amitié divine » à Kairos, je défie les participants de se respecter eux-mêmes et de respecter les autres, de respecter notre espace de retraite et de respecter l’esprit de Kairos lui-même. Je leur ai rappelé ce que nous, lasalliens, disons au début de chaque journée. « Souvenons-nous que nous sommes toujours en la sainte présence de Dieu » quoique que nous terminons nos prières avec « Vive Jésus dans nos cœurs » . . . À jamais! » nous sommes toujours en la présence aimante de Dieu », que nous soyons en prière ou non. Quel que soit l’endroit où nous sommes, cet endroit est saint parce que Dieu est toujours parmi nous. Conséquemment, nous sommes toujours capables de participer au travail extraordinaire de Dieu.

               Une partie de ce travail extraordinaire est d’aider les autres à se rappeler cette présence permanente de Dieu. C’est important pour nous parce que, au cours des deux dernières années,  on a dépisté un cancer chez deux de nos professeurs et d’un étudiant. Pendant ce temps, un étudiant et moi-même avons demandé aux membres du ministère de la prière du châle de nous en confectionner pour les trois. Ayant déjà bénéficié d’un châle de prière, j’en connais le pouvoir. Ils sont fabriqués avec des mains d’amour, bénis et remis alors à ceux qui traversent des temps difficiles.

               Pour unifier ceux deux aspects de « Souvenons-nous » – le rappel oral pour dire que nous sommes toujours en présence de Dieu, et le rappel physique du châle lui-même – nous avons mis sur pied un ministère de la prière du châle à St-Michel. En commençant la première maille de chaque châle et écharpe pour les sans logis, nous récitons ces mots puissants « Souvenons-nous » et rappelons ensuite aux récipiendaires qu’eux aussi sont toujours en la sainte présence – et dans les bras d’amour – de Dieu.

               Ce fut une expérience de la présence de Dieu dans ma vie que je n’oublierai jamais.

Janis Chitwood

École secondaire Saint Michael’s

Santa Fe, NM

Les commentaires sont fermés.

404