Réflexion lasallienne mai 2019 – Pourquoi l’éducation lasallienne perdure.

« Soyez convaincus que, pourvu que vous le vouliez, vous pouvez plus avec la grâce de Dieu que vous ne le pensez. »

–  Saint Jean-Baptiste de La Salle –

Qu’est-ce qui fait que cette vision et cette approche éducative si particulière (ce que nous appelons aujourd’hui l’éducation lasallienne) a résisté à l’épreuve du temps, pour arriver jusqu’à nous 340 années plus tard ? Qu’y a-t-il de si spécial à ce mouvement éducatif unique qui l’a fait naître et poussé à s’adapter dans tant d’endroits et de contextes ? Et pourquoi  tout cela a-t-il généré une si belle variété d’œuvres liées à l’éducation tout en persévérant au travers de tant de défis et de difficultés?

Permettez-moi d’identifier ici ce que l’on pourrait appeler cinq dimensions opérationnelles transformatives de notre réseau lasallien et de notre charisme. D’autres existent, et vous pouvez (et devriez) mettre en évidence votre propre compréhension de la chose. Or, ceux que je vous présente semblent être pour moi certains des aspects clés qui ont contribué à assurer sa vitalité continuelle. [1]

  • De La Salle lui-même. La personnalité et l’approche de Jean-Baptiste de la salle façonnent l’ADN de cet apostolat, de ce charisme. Son esprit et son histoire imprègnent notre vision éducative, notre approche et sa mise en oeuvre. Le Fondateur était un travailleur dévoué et acharné qui persistait dans ce qu’il entreprenait, avec une vie de foi solide, une véritable humilité, une persévérance remarquable et des capacités de leadership naturelles. Il «se contentait de conduire les enseignants par la main, pour ainsi dire, afin de les laisser apprendre de leur propre expérience et de ses exhortations et de l’exemple ce qu’était la meilleure voie à suivre.»[2] Il a permis à sa confiance dans la présence de Dieu dans et par les autres,  de guider l’avenir du travail en lequel ils croyaient tous.
  • Focus sur l’éducation. Nous nous consacrons à une chose, et nous travaillons très dur pour bien la faire. Les personnes qui se dévouent dans le monde lasallien sont axées sur l’éducation, bref à plus grand qu’eux. Cela est vrai autant de façon littérale que figurative. Notre apostolat c’est l’éducation, l’éducation et encore l’éducation. Et cette éducation ne se limite pas à la classe, aux leçons et aux tests, ou seulement aux connaissances et aux compétences. L’éducation pour nous est un projet sacré, une sainte entreprise, une rencontre privilégiée. S’il est question d’enseignement et d’apprentissage, d’éducation, d’écoles et de services aux enfants et aux familles, nous voulons être de la partie. L’éducation est notre vocation première, et nous sommes plus que satisfaits de cette réalité. Elle remplit très bien nos vies et nos vocations.
  • Auto-ajustable, adaptable et pertinente. L’éducation lasallienne est essentiellement axée sur l’expérience, en utilisant ce qu’on pourrait appeler un processus de «vigilance et d’ajustement» pour assurer le succès. Les premiers frères travaillaient ensemble pour que les meilleures méthodologies du temps soient utilisées, et en créaient de nouvelles au besoin. Ils ont porté attention à ce que les élèves avaient vraiment besoin dans leur contexte spécifique et ont travaillé dur pour y répondre; par exemple,  en enseignant la navigation et les cours de matelotage à l’école de Calais; l’enseignement de la tenue de livres et des factures aux étudiants du centre-ville et les compétences de vie pour les étudiants qui travaillaient à l’école du dimanche. Le «ciment pédagogique et éducatif» appelé la conduite des écoles chrétiennes, a été un manuel d’école pratique, construit sur 40 années d’expérience et constamment révisé et mis à jour par une méthodologie collaborative et axée sur le savoir-faire des Frères. Il a traversé 23 éditions sur 250 ans.
  • Association et communauté. «L’innovation décisive du fondateur est que l’éducation se déroule dans le contexte de la communauté.»[3] De La Salle est venu pour voir que des enseignants formés, dévoués et confessionnels dans la communauté soient un moteur transformatif. Il a insisté sur le fait que «l’unité dans la communauté est un joyau précieux [et] si nous perdons cela, nous perdons tout.»[4] Cet élément de la communauté n’est pas seulement une plus-value pour nous. En se définissant comme des frères les uns, les autres, et les frères plus âgés vis-à-vis des jeunes qui leur sont confiés par Dieu, ils ont déclaré leur identité et leur mission. Le moteur d’une éducation lasallienne efficace, dès le début, était une véritable communauté éducative et vivante. L’éducation lasallienne tourne autour de ce que le savant lasallien Léon Lauraire appelle une «pédagogie de la fraternité»[5] et l’Association est une expression essentielle de la communauté.
  • Un esprit de foi et de zèle. De La Salle s’est impliqué dans le travail d’éduquer les jeunes afin de «faire de la présence amoureuse et salvatrice du Christ une réalité visible et active» [6] dans la vie de ceux que Dieu confie à nos soins. Il s’est assuré que ses éducateurs «prêchaient» un mode de vie différent, celui de l’Évangile,  pour et avec leurs élèves. L’addition qu’il fit à la règle des frères juste avant sa mort identifia la foi et le zèle comme l’esprit principal de l’Institut, et «ceux qui ne le possèdent pas et ceux qui l’ont perdue, devraient être regardés comme des membres décédés».[8]

Frère George Van Grieken, FSC

Note: cette réflexion lasallienne est tirée du Blogue de Frère George Van Grieken qu’on peut lire sur le site de Lasallian Resource Center au: lasallianresources.org


Le PDF orifginal en anglais de cette réflexion est ici.
1] Cette réflexion est basée sur une conférence plus ample donnée à l’APLEC 2019 (Asia Pacific Lasallian Educator’s Conference), qui s’est déroulée du 14 au 17 Avril  à Melbourne en Australie. [http://bit.ly/APLEC2019]
[2] Aroz, Leon, Yves Poutet, and Jean Pungier. Beginnings: De La Salle and his Brothers, traduction par Frère Luke Salm, (Romeoville, IL: Christian Brothers Conference, 1980), P. 23.
[3] Attribué à Frère. Robert Schieler, FSC, Supérieur général.
[4] De La Salle, John Baptist. Meditations by St. John Baptist de La Salle. (Landover, MD: Christian Brothers Conference, 1994), P. 386. [Med. 91.2]
[5] Lauraire, Léon, FSC. “A Pedagogy of Fraternity.” AXIS: Journal of Lasallian Higher Education 7, no. 3 (2016).
[6] Johnson, John. “1998 – Look to the Future,” in The Pastoral Letters (1986-2000). (Napa, CA: Lasallian Resource Center, 2016) Pg. 401.
[7] Brothers of the Christian Schools, The Rule of the Brothers of the Christian Schools. (Rome, Italy: Institute of the Brothers of the Christian Schools, 2015), 11-12. This entire short section of the Rule is worth reading and sharing.
[8] De La Salle, John Baptist. Reflections on Their State and Employment That the Brothers Should Make from Time to Time, Especially During Retreat, “Regarding the Use of Time,” # 10, in Collection of Various Short Treatises.

Les commentaires sont fermés.

404