Réflexion lasallienne de juillet 2019: Demeurer dans la présence de Dieu

Tout ce dont vous avez besoin et ce que Dieu attend de vous c’est que vous demeuriez en sa présence.

 –  Saint Jean-Baptiste de La Salle – [1]

La citation ci-dessus est tirée de l’une des lettres parmi des milliers que De La Salle a écrites.  Bien qu’il ne s’agisse que d’une phrase extraite d’une longue lettre à une religieuse (et le ton de la lettre est certainement celui de la spiritualité française du 17e siècle), elle représente une invitation à se garder en la présence de Dieu, ce qui transpire aussi dans tous les aspects de la vie lasallienne. Il s’agit d’un thème récurrent et appuyé dans les écrits de De La Salle et d’un profond courant de sa vie spirituelle personnelle. Son désir persistant était d’aider ses disciples et les élèves qui fréquentaient ses écoles, à approfondir leur vie spirituelle afin qu’ils puissent en venir à réaliser l’implication intime de Dieu dans leur vie, comme celui qui « guide toutes choses avec sagesse et sérénité… d’une manière imperceptible et sur une longue période de temps. »[2]

Se souvenir de la présence de Dieu est l’un des « soutiens intérieurs de l’Institut ». C’est pourquoi ils apparaissent tout au long de ses écrits : « Êtes-vous attentif à la sainte présence de Dieu ? » (Liste des sujets d’auto-examen)[3], « Qu’est-ce que l’on veut dire en gardant notre attention fixée sur Dieu ? C’est penser à la présence de Dieu. (Explication de l’Esprit de notre Institut)[4],« Quand vous récitez l’Office Divin … appliquez-vous autant que vous le pouvez à la signification des mots … ou simplement à la présence de Dieu. (L’Office Divin)[5], « Ils seront inspirés à entrer dans la salle de classe avec un profond respect, par considération pour la présence de Dieu. » (La conduite des écoles)[6], « À chaque heure de la journée, de courtes prières seront dites. Celles-ci aideront les enseignants à se souvenir d’eux-mêmes et à rappeler la présence de Dieu ; cela servira à habituer les élèves à penser à Dieu de temps en temps … » (La conduite des écoles)[7], « Quand ils [les parents et les maîtres] souhaitent former les enfants à des pratiques relatives aux soins corporels et à la modestie simple, ils devraient soigneusement les conduire à être motivés par la présence de Dieu .  (…)  Les enfants devraient faire ces choses par respect pour Dieu en présence de qui ils sont. (Règles de la bienséance et de la civilité chrétiennes).[8]

Bon, alors comment pourrions-nous passer à cette expérience de la «présence de Dieu» intentionnellement? Une réponse que De La Salle nous donne est la prière intérieure. Dans son livre, Explication de la méthode d’oraison, il définit exactement ce qu’il entend par «intérieure» à savoir toute la personne dans les profondeurs de son être, le «cœur» dans le sens biblique, où les décisions vitales sont prises et où il y a un véritable dialogue avec Dieu.[9] C’est ce lieu de profondeur tranquille et d’attention où la place est faite pour la petite voix subtile à entendre. C’est là que la sérénité et la conscience convergent en silence. C’est une pleine conscience qui se concentre sur l’Esprit de Foi, « qui devrait conduire … [et nous] ne regardons rien d’autre qu’avec les yeux de la foi, pour ne rien faire, sauf en vue de Dieu, et pour tout attribuer à Dieu. »[10]

Et pourquoi cela devrait-il être quelque chose digne de notre attention aujourd’hui? L’une des meilleures réponses est venue de Gery Short, un partenaire laïc lasallien de plus de trente ans d’expérience et directeur du bureau de l’éducation du district de San Francisco-Nouvelle Orléans depuis plus de vingt ans.  Son expérience dans le réseau a été longue, significative et féconde, même au-delà des frontières du pays. Lorsqu’il a accepté le prix John Johnston à la Conférence Huether 2018, ce dernier a déclaré :

Nous devons nous engager à établir fermement l’esprit de foi comme une réalité fondamentale et efficace dans chacune de nos œuvres.

Nous devons nous demander : « Comment faire de la prière et de la spiritualité, l’esprit de foi, le cœur de ce que nous sommes et de ce que nous accomplissons ? Comment pouvons-nous rendre la prière et la spiritualité réelles pour nous-mêmes en tant qu’éducateurs et pour les jeunes qui nous sont confiés d’une manière authentique, compréhensible et profondément significative ? »

Cela marque totalement le coup. Comment pourrions-nous, pouvons-nous, et restons-nous en présence de Dieu aujourd’hui ? La présence de Dieu brille d’innombrables lieux inconnus dans nos vies et dans la vie des autres. On n’a pas à le mettre sous le boisseau. On doit juste trouver comment faire rouler la pierre.


Frère George Van Grieken, FSC

Note: cette réflexion lasallienne est tirée du Blogue de Frère George Van Grieken qu’on peut lire sur le site de Lasallian Resource Center au: lasallianresources.org

Pour accéder à la réflexion originale en anglais  ICI.

[1] De La Salle, John Baptist, The Letters, Translation, introduction, and commentary by Colman Molloy, FSC. Edited with additional commentary by Augustine Loes, FSC, (Landover, MD: Christian Brothers Conference, 1988), 233 (Letter 111).

[2] Blain, Jean-Baptiste. The Life of John Baptist de La Salle, Founder of the Brothers of the Christian Schools. Translated by Richard Arnandez, FSC. (Romeoville, IL: Christian Brothers Conference, 1983). Vol. 1, Bk. 1, 60–­­61.

[3] De La Salle, John Baptist. Collection of Various Short Treatises. Translated by W.J. Battersby, FSC. Edited by Daniel Burke, FSC. (Romeoville, IL: Christian Brothers Conference, 1993), 16.

[4] Ibid., 34.

[5] Ibid., 56.

[6] De La Salle, John Baptist. Conduct of Christian Schools. Translated by F. de La Fontainerie and Richard Arnandez, FSC. Edited by William Mann, FSC. (Landover, MD: Lasallian Publications, 1996). 49.

[7] Ibid. 92.

[8] De La Salle, John Baptist. The Rules of Christian Decorum and Civility. Translated by Richard Arnandez, FSC.  Edited by Gregory Wright, FSC. (Romeoville, IL: Lasallian Publications, 1990), 3–4.

[9] See the article by Maurice-August Hermans, FSC, and Michael Sauvage, FSC, in Spirituality in the Time of John Baptist de La Salle, edited by Robert Berger, FSC. (Landover, MD: Lasallian Publications, 1999), 207.

[10] De La Salle, John Baptist. The Rule of 1705: An English Translation. Translated by O’Gara, Eugene. (Moraga, CA: Buttimer Institute, 1989), 1.

Les commentaires sont fermés.

404