Réflexion de Frère Timothy Coldwell: Suivre la voix de l’amour

Réflexion de Frère Timothy Coldwell: Suivre la voix de l’amour

Le 24 janvier 2020

J’adore marcher dans les bois. Dans toutes les randonnées que j’ai faites dans le Colorado et le Nouveau-Mexique, je me suis souvent retrouvé à distance d’audition d’un ruisseau. Que je monte ou descende, ce dernier est souvent parallèle au chemin, mais hors de vue. J’ai envie de le voir enfin, car c’est aguichant en un sens, et inévitablement, le sentier finit par toucher ou traverser l’eau. La récompense, si le cours d’eau est assez proche de sa source, est le goût de cette eau claire, vive et froide.

Chaque jour est une randonnée et un espoir de clarté. Alors, nous passons une bonne partie de chaque jour à écouter toutes sortes de sons, même inconsciemment. Il y a beaucoup de bruit à passer au crible, donc une certaine compétence d’écoute profonde est nécessaire. Une fois que nous détectons un son, nous cherchons à le suivre, tout aussi lointain et indistinct qu’il puisse être. Je ne suis pas sur le point de dire que Twitter représente une écoute profonde, mais à sa manière, il nous aide à suivre un son, même au fil du temps. Mon compte Twitter garde une trace de qui je suis et qui me suit (même si c’est un peu effrayant de le dire de cette façon). L’idée simple est qu’il y a des gens qui ont quelque chose à dire qui semble utile. Je ne suis pas prêt à l’appeler une communauté, mais Twitter me rappelle que nous gravitons vers des gens qui offrent une certaine clarté rafraîchissante.

Une communauté, même si ses débuts sont informels et irréguliers, peut être considérée comme des adeptes rassemblés autour d’une personne ou d’un but. D’après mon expérience en tant que religieux frère, la communauté, c’est aussi se suivre, en ce sens : nous suivons l’exemple et les conseils de l’autre, nous offrons l’amitié, nous ouvrons nos vies les uns aux autres. Il est inévitable, je pense, qu’une communauté qui se rassemble pour suivre Dieu, l’eau vive, finira par avoir besoin les uns des autres.

Dieu n’est pas si différent de ce courant lointain dont nous cherchons à nous rapprocher. Il y a du son, ça ressemble à une voix, mais c’est souvent imperceptible, chuchoté. Difficile à entendre dans tout le bruit. Et puis ce que nous entendons est contre-intuitif, comme celui qui, dans la mort trouve la vie, dans la folie la sagesse, dans la faiblesse la force. J’ai besoin d’aide pour trouver ce flux, et j’ai besoin d’être avec ceux, qui comme moi, ont besoin de la même aide!

Le génie spirituel de Jean-Baptiste de La Salle est qu’il a fondé des écoles chrétiennes qui ont agi comme des communautés. Les élèves étaient accompagnés par des enseignants dans un voyage de croissance spirituelle. Jésus Christ était le maître éducateur et le sujet à l’étude était le moi intérieur. Et puis les élèves ont ensuite été invités à s’accompagner les uns les autres dans ce voyage mutuel dans l’âme, l’essence de ce que nous sommes.

Nous suivons aujourd’hui le même chemin dans nos œuvres au service des jeunes et des familles, dans nos écoles, nos centres de pastorale, d’animation et d’éducation populaire, chacun d’eux étant autant de communautés éducatives où nous suivons Dieu ensemble. Chacun d’eux est à sa manière des écoles d’intériorité, des écoles de l’esprit, où nous nous aidons les uns les autres à prêter attention à l’imperceptible et le chuchoté. Il y a beaucoup de bruit à discriminer, mais, en plein milieu de celui-ci est une voix qui vaut la peine d’être suivie. J’aime la façon dont le Père Greg Boyle, Jésuite, fondateur et directeur de Homeboy Industries à Los Angeles, un programme d’intervention de gang, de réhabilitation et de raccrochage, le dit : c’est la voix de Celui qui « nous protège de rien, mais nous soutient en tout ».

C’est la voix de l’amour. Une fois que vous entendez cette voix, il est assez difficile de ne pas la suivre.

Une image contenant personne, extérieur, homme, bâtiment

Description générée automatiquement
Dans l’ordre habituel, F. Tim Coldwell, Conseiller général, F. Robert Schieler, Supérieur général, F. Florent Gaudreault, Visiteur du district du Canada francophone et Mme Michèle Thibodeau, membre du conseil d’administration du Centre lasallien Saint-Michel.

Tiré de la page du Conseiller Général,

Frère Timothy Coldwell, FSC