Message du Supérieur en ce 15 mai, fête du Fondateur

Message du Supérieur en ce 15 mai, fête du Fondateur

Chers Frères, Partenaires, élèves et tous les membres de la famille lasallienne,

Au cours du temps pascal, nos cœurs s’enflamment en méditant les Actes des Apôtres que nous partageons dans nos liturgies. Les récits sont pleins d’énergie, d’aventures, de tribulations et d’émerveillement. Nous pouvons sentir le Saint-Esprit pousser les apôtres à témoigner de Jésus-Christ avec joie, à haute voix et sans peur.

La conduite irrésistible du Saint-Esprit décrite dans les Actes des Apôtres a mené les premiers chrétiens à une expérience profonde du Christ ressuscité. La résurrection de Jésus a transformé les croyants, femmes et hommes, en porteurs de la Bonne Nouvelle : je suis venu pour que vous ayez la vie, la vie en abondance (Jn 10, 10).

La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant (Irénée). Qu’est-ce que cela signifie ici et maintenant, alors que chacun de nous, et nous tous ensemble, faisons face au COVID-19 ? Comment gérons-nous nos vies qui ont été bouleversées ? Comment pouvons-nous, chacun de nous ainsi que nos communautés de Frères et nos communautés éducatives lasalliennes, être des porteurs de la Bonne Nouvelle inspirés par l’Esprit pour nos Frères, nos Partenaires, nos élèves, nos familles et nos amis ? Savons-nous, comme les apôtres, réconforter les malades et accompagner ceux qui souffrent ?

Une description de la première communauté chrétienne nous dit que « un petit groupe d’exclus a vécu une vision de l’amour et de la réconciliation dans une société chaotique, souffrant de tensions, de pressions et de formes d’agression multiples pour renouveler cette société de l’intérieur[1] ».

Beaucoup d’entre nous se sentent perturbés en ce moment. Les visages des malades et des mourants nous hantent ; certains de ces visages sont ceux de nos frères, de nos familles, de nos amis et voisins. La souffrance nous entoure. D’une manière ou d’une autre, nous vivons tous des tensions, des pressions et des formes d’agression. Le confinement n’est pas facile.

Le virus nous a pris au dépourvu et nous a plongés dans un moment historique imprévu. Les plans stratégiques, les perspectives financières, les activités programmées, les voyages d’affaires et de loisirs doivent tous être repensés. Notre monde n’est plus ce qu’il était il y a quelques mois. Comment réagissons-nous concrètement, nous qui sommes ambassadeurs de Jésus-Christ, pour aider les autres à vivre pleinement leur vie ?

Frères, Partenaires, élèves et tous les membres de la Famille Lasallienne, nous chercherons ensemble la voie à suivre pour nos communautés religieuses et nos œuvres Lasalliennes. Comme les femmes et les hommes ordinaires des premières communautés chrétiennes, ouvrons notre cœur, nos oreilles et nos yeux au Saint-Esprit afin que nos sœurs et nos frères aînés puissent avoir des rêves et que nos plus jeunes aient des visions (Cf. Ac 2, 17).

Le vendredi 27 mars, le Pape François s’est adressé au monde : « Nous nous nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement ». Profitons de ce moment et « ensemble et par association » ramons ensemble, réorientons nos vies et accompagnons-nous les uns les autres en répondant à notre mission d’améliorer le sort des autres, en particulier des pauvres, par notre ministère d’éducation humaine et chrétienne.

Notre Famille Lasallienne est dotée de rêveurs et de visionnaires qui nous fournissent une abondance de sagesse, de créativité et de vision. Avec leur aide, nous découvrons de nouvelles façons de donner vie à nos communautés éducatives, de soutenir les femmes et les hommes qui soignent les malades et les mourants et d’annoncer la Bonne Nouvelle à tous ceux que nous rencontrons. Unis de cœur et d’esprit et guidés par le Saint-Esprit, partageons nos talents, notre temps, notre joie et notre énergie pour découvrir la voie à suivre (cf. Ac 2, 42-47).

Planifions l’avenir avec énergie et émerveillement, sachant que l’aventure et les tribulations nous attendent. Continuons à témoigner de Jésus-Christ avec joie, à haute voix et sans peur. Et célébrons la fête de Saint Jean-Baptiste de La Salle en nous réengageant à prendre soin les uns des autres et de toute la création de Dieu avec fidélité et zèle. Saint Augustin nous dit que Dieu aime chacun de nous comme s’il n’y avait qu’un seul d’entre nous à aimer. Et Frère Alois de Taizé d’ajouter : « Oui, Dieu aime chacun et chacune d’entre nous. C’est parce qu’il nous aime qu’il nous parle. Est-ce qu’il ne veut pas nous dire en ce moment : voyez combien vous dépendez les uns des autres, entre personnes proches mais aussi entre pays et peuples. Voyez combien vous avez besoin de la fraternité humaine. Voyez combien prendre soin de la création est nécessaire pour votre avenir. »

Saint Jean-Baptiste de La Salle. Priez pour nous.

Vive Jésus dans nos cœurs.  À jamais.

Bonne fête !

Frère Robert Schieler, FSC
Frère Supérieur