Réflexion lasallienne de septembre : trouver l’essentiel et la simplicité

Réflexion lasallienne de septembre : trouver l’essentiel et la simplicité

Encore une fois, plus vous entrerez dans une simple vue de foi, plus vous entrerez dans l’état de simplicité d’action et de conduite, qui est celui où Dieu vous veut.”     
– 
 Saint Jean-Baptiste de La Salle[1]

Les artistes, les mystiques et les enfants ont un avantage sur la plupart des autres gens. Ils évoluent naturellement dans la simplicité, et ils adoptent naturellement une attention ciblée sur l’aspect le plus élémentaire et immédiat des choses. La distraction (selon notre point de vue) est leur handicap importun, alors que pour eux la « distraction » est simplement la façon dont ils font l’expérience du monde réel, considéré comme une amitié quotidienne parcellaire de chaque instant, dans chaque rencontre, et au cœur de chaque personne qu’ils rencontrent.

Un écho plus calculateur et moins bienveillant du même principe se produit en politique, où chaque moment, chaque rencontre, et chaque personne sont des occasions d’influencer les autres dans une certaine vision des choses. Et, bien que ces talents ne doivent pas nécessairement être utilisés à des fins néfastes, ils peuvent néanmoins servir l’objectif qui se cache derrière leur utilisation. Un exemple de cela m’est arrivé il y a plusieurs années quand j’ai brièvement rencontré un ancien maire populaire de San Francisco qui a assisté aux funérailles de l’un des Frères. Il était dans la quatre-vingtaine avancée, et, après les funérailles, il m’a été présenté. Poignée de main ferme, contact direct avec les yeux, sourire naturel, intérêt sincère, et concentration totale et engagement conversationnel pendant 20-30 secondes. Quand il est parti, j’étais prêt à voter pour lui. Dans ce cas, c’était simplement un vieux politicien qui utilisait naturellement ses talents pour s’engager immédiatement à partir d’une véritable inclinaison fraternelle, sans fin politique à l’esprit. [2]  Et je pouvais déceler tout le pouvoir derrière elle.

Saint Jean-Baptiste de La Salle se situe davantage du côté mystique de la « disposition» lorsqu’il exhorte les autres à poursuivre la simplicité : « Efforcez-vous sérieusement d’abandonner les voies mondaines : adopter un comportement simple avec des manières et des comportements qui reflètent l’Esprit de Dieu. » « Ne vous torturez pas avec des actes fréquents de pénitence; ils pourraient nuire à votre santé. Une simple vision de Dieu de temps en temps suffit. [3]  D’où vient cette disposition? Que voyait-il comme perspective transformatrice qui déplacerait l’âme vers la profondeur, vers la rencontre quotidienne clairement révélée, vers Dieu ? Voici:

« Regardez toutes choses par les yeux de la foi. Vous ne la devez point quitter pour quelque raison que ce soit. Elle vous en produira un jour plus de bien, plus d’application intérieure, plus d’union à Dieu et de vigilance sur vous-même, qu’un mois de pénitence et d’austérités auxquelles vous êtes tant portée. Croyez-moi, vous en verrez l’effet quoique peut-être vous ne le compreniez pas maintenant. Encore une fois, plus vous entrerez dans une simple vue de foi, plus vous entrerez dans l’état de simplicité d’action et de conduite, qui est celui où Dieu vous veut. » (Lettre 132)

Voici une autre façon de le dire : Regardez tout du point de vue de Dieu. N’oubliez jamais de faire cela pour quelque raison que ce soit. Voir des choses à la manière de Dieu peut en un jour vous faire plus de bien, vous donner plus d’enthousiasme, vous aider à vous comprendre vous-même et les autres et Dieu plus profondément, que toutes ces œuvres pieuses, distractions populaires, et personnelles « sacrifices » que vous aimez tant. Vous ne verrez peut-être pas les résultats tout de suite, mais je vous garantis que ce simple changement de perspective vous mènera à une simplicité d’action et de conduite dans tout ce que vous faites. Pourquoi? Parce que Dieu fait vraiment partie de tout cela.

Pour tous ceux qui essaient de faire face à de nouvelles réalités, de nouveaux défis, des besoins imprévus, des distractions quotidiennes frustrantes, et parfois un penchant obsessif sur l’aspect le plus élémentaire et immédiat des choses, les mots de De La Salle peuvent être utiles, car ils sont issus de plus de 40 ans de vie à surmonter des défis qui, dans l’ensemble, étaient beaucoup plus grands que les nôtres le sont aujourd’hui. Quand beaucoup d’autres auraient jeté la serviette, lui, a persisté. Et cela a fait toute la différence pour des millions d’humains qu’il ne connaîtra jamais.

En tant qu’éducateurs lasalliens, nous façonnons un avenir qui n’est pas le nôtre. [4]  C’est notre vocation avouée de persister, et de le faire avec une foi véritablement profonde, et avec une simplicité qui émerge de cette foi profonde, en se concentrant sur chaque moment, chaque rencontre, et chaque personne que nous rencontrons. C’est notre rôle privilégié d’être des artistes dans l’apprentissage, des mystiques dans les relations, et des enfants dans l’émerveillement. Pas une mauvaise vocation, cela.

Une voix plus récente articule cette même « vue d’ensemble » de ce que nous faisons, bien qu’en utilisant des mots différents. « Lorsque la vie est dépouillée de son essentiel, il est surprenant de voir à quel point les choses deviennent simples. De moins en moins de choses comptent et celles qui comptent, comptent beaucoup plus. … Chaque vie sert un seul but. Nous sommes ici pour grandir dans la sagesse et apprendre à mieux aimer. Malgré les innombrables et diverses façons dont nous vivons nos vies, chaque vie est un chemin spirituel, et toute vie a un programme spirituel. [5]

Laissons De La Salle avoir le dernier mot, cependant, dans une citation qui a des implications dans l’ewnvironnement « Zoom® »: « Si vous montrez un extérieur simple et sérieux, les gens vont bientôt conclure que votre vie intérieure est trop bien contrôlée et qu’il y a des raisons de croire que vous êtes apte à éduquer vos disciples dans l’esprit chrétien. » [6]  Poursuivez la simplicité et demeurez concentrés avec « les yeux de la foi. » Le reste prendra soin de lui-même.

Frère George Van Grieken, FSC


Note: cette réflexion lasallienne est tirée du Blogue de Frère George Van Grieken qu’on peut lire sur le site de Lasallian Resource Center au: lasallianresources.org


Pour retrouver la publication originale anglaise de la réflexion : ICI.

Peinture par Ad Arma: www.adarma-art.com

[1] De La Salle, John Baptist. De La Salle, John Baptist, The Letters, Translation, introduction, and commentary by Colman Molloy, FSC. Edited with additional commentary by Augustine Loes, FSC, (Landover, MD: Christian Brothers Conference, 1988), 236 (Letter LI 132,4).

[2] Bon, parce que vous êtes curieux de savoir de qui il s’agit, son nom est Frank Jordan.

[3] The Letters, Op. Cit. Letters 18 and 119.

[4] Inspiré librement de F. Ken Untener que vous devriez lire, si vous ne le connaissez pas, en raison de son ton encourageant. https://www.usccb.org/prayer-and-worship/prayers-and-devotions/prayers/prophets-of-a-future-not-our-own

[5] Dr. Rachel Naomi Remen, MC – Quoted in Richard Rohr’s daily reflection, Dying as Disorder (August 20, 2020).

[6] De La Salle, John Baptist, Meditations by St. John Baptist de La Salle, trans. Richard Arnandez, and Augustine Loes, eds. Augustine Loes and Francis Huether, (Landover, MD: Christian Brothers Conference, 1994), 152 (Med. 69.3).