Lien vers l'extranet du Service éducatifs Lasalliens
    
Recherche Avancée
Rechercher 
mardi 22 juillet 2014
 
A propos de nous

Nous sommes des religieux Frères, membres d'un Institut de vie consacrée voué à l'éducation humaine et chrétienne des jeunes, spécialement des pauvres.

Fondé par saint Jean-Baptiste de La Salle à Reims, en France, vers 1680, l'Institut des Frères des Écoles chrétiennes s'est d'abord développé en France, puis a atteint aux 19e et 20e siècles de nombreuses régions du globe.  Il s'est implanté au Canada en 1837.

Les Frères des Écoles chrétiennes sont aujourd’hui 4 605 dans le monde et leurs institutions son réparties en 76 pays, sur les cinq continents.  Sur ce nombre, 1 736 travaillent dans le domaine scolaire dans une mission qu’ils partagent avec 88 000 collègues laïques et 720 religieux et religieuses d’autres congrégations et prêtres.  (Statistiques au 31 décembre 2011).
 
 

NOTRE FONDATEUR

Jean-Baptiste de La Salle

St Jean-Baptiste de La SalleNé à Reims en 1651, il était l'aîné de 11 frères et soeurs.  Dès son enfance, il ressentit l'attrait pour le sacerdoce.
Ordonné prêtre à 27 ans, il se trouva peu après entraîné à prendre la direction d'un groupe de maîtres engagés pour tenir des écoles paroissiales en faveur des enfants pauvres. Il s'occupa de plus en plus de ces maîtres, les aidant matériellement, organisant leur vie, les assistant dans leur travail et améliorant leur formation d'éducateurs..


Docile à la voix de Dieu qui l'appelait à mettre toute sa confiance en Lui, Jean-Baptiste se dépouilla de tout : de son titre de chanoine en premier lieu, puis de son patrimoine qu'il distribua pour nourrir les pauvres au cours de la famine qui désola la France en 1683 et 1684.

Il prit alors conscience que Dieu l'avait conduit à une entreprise imprévisible : la création d'une société composée uniquement de laïques qui consacreraient leurs forces et leur vie à Dieu pour la cause de l'éducation des enfants, spécialement des plus pauvres. Un nouveau type de vie religieuse masculine naissait dans l'Église.

Comme cela se produit souvent dans les oeuvres inspirées par Dieu, les difficultés surgirent nombreuses : reproches des membres de sa famille, incompréhensions de la part des autorités religieuses, procès intentés par les maîtres écrivains, trahisons de la part d'amis... Et au milieu de tout cela, il n'eut jamais qu'un seul but : accomplir la volonté de Dieu.

De La Salle céda la direction de la communauté à un Frère et, sentant le besoin de prendre une distance de tout ce qui l'occupait, il se retira à Parménie, près de Grenoble. Il n'y resta que peu de temps, les Frères l'ayant rappelé à Paris pour résoudre de nouvelles difficultés. Il passera les dernières années de sa vie à la maison de formation de St-Yon, révisant la Règle de la communauté et rédigeant divers documents pour les Frères.

Il mourut saintement le vendredi saint 7 avril 1719, à l'âge de 68 ans. L'Institut qu'il avait fondé comptait alors 104 Frères, en France, répartis en 16 diocèses.  Il fut canonisé en 1900 et déclaré patron des éducatrices et éducateurs chrétiens par Pie XII, en 1950.


Pour une biographie plus détaillée et un développement sur la spiritualité et la pédagogie de saint Jean-Baptiste de La Salle, vous pouvez consulter le site des Frères de France.

UN BRIN D’HISTOIRE

Quatre Frères français débarquent à Montréal, en 1837, pour répondre à une demande pressante de Mgr Lartigue qui croit en l’importance de l’éducation et est conscient des grands besoins du Québec en ce domaine.  Dans les années qui suivent, le nombre de Frères augmente rapidement grâce à une nombreuse relève locale.  Puis, en 1904, près de 200 Frères français, exilés à cause des lois sur la laïcité en France, viennent donner un nouvel essor à la communauté. Les Frères atteignent le nombre de 1 300 membres au Canada (Québec et Ontario) dans les années 1960.

Établis d’abord à Montréal, les Frères s’installent à Québec en 1843, à Trois-Rivières une année plus tard et à Ottawa en 1864.  L’Institut prend son envol à New York en 1848 sur l’initiative des Frères fondateurs au Québec.

Suivant les traces de leur Fondateur qui a toujours privilégié l’éducation pour tous, les Frères s’occupent des classes primaires pour les garçons, dans les écoles de paroisse. Au cours du 20e siècle, ils s’occupent aussi des classes de niveau secondaire et un certain nombre d’entre eux jouent un rôle important au niveau universitaire.  À chaque époque, ils prennent les initiatives nécessaires pour répondre aux besoins des jeunes.

Quelques personnages marquants

Quelques Frères ont été particulièrement connus à cause de leur carrière scientifique ou de leurs écrits.

À Québec, on se souvient du Frère Clément Lockquell, professeur à l’Université Laval, qui avait une chronique littraire dans le quotidien Le Soleil et présentait la pensée du soir sur les ondes d’un poste radiophonique.  La Faculté d’administration de l’Université Laval porte toujours le souvenir de ses fondateurs, notamment des Frères Palasis Prince et Siméon Hardy.  Ces derniers ont contribué à créer la Faculté de commerce qui est devenue la Faculté des sciences de l’administration.
Entomologiste reconnu et professeur, le Frère Firmin Laliberté s’est également illustré par son travail remarquable dans cette discipline.  À l’instar de quelques autres personnalités, il a cédé sa collection de papillons à l’Insectarium de Montréal.

Mais le plus célèbre des Frères est sans aucun doute le Frère Marie-Victorin, fondateur du Jardin botanique de Montréal et de l’Institut botanique et auteur de la Flore Laurentienne.  Il a inspiré plusieurs générations de jeunes scientifiques qui poursuivent aujourd’hui son œuvre.

Lutte pour le fait français en Ontario

Arrivés en 1864 dans cette province, les Frères seront appelés à jouer un rôle important dans la lutte pour le fait français en Ontario.  En 1912, ils prendront une part importante dans la contestation d’un règlement du Gouvernement interdisant l’enseignement en français.  Ils furent les pionniers des premières écoles secondaires françaises.

Une présence toujours active

Depuis le début des années 1970, le nombre de Frères a décliné.  Le district du Canada francophone regroupe aujourd’hui tous les Frères du Québec et ceux de la ville d’Ottawa, en Ontario.  Il compte actuellement 188 Frères.  Malgré une moyenne d’âge assez élevée, les Frères sont toujours présents dans un certain nombre d’œuvres scolaires, sociales et pastorales.  Vous vous en rendrez compte en visitant la section de ce site intitulée LIEUX D’ACTION.

Signalons que se trouve également au Canada, outre le district du Canada francophone, le secteur de Toronto qui compte une trentaine de Frères de langue anglaise.  Ceux-ci viennent d'être rattachés canoniquement au district de New York.

Pour mieux connaître l’histoire des F.É.C. au Canada

Pour mieux connaître l’histoire de notre communauté au Canada, vous pouvez lire Les Frères des Écoles chrétiennes au Canada, histoire publiée en trois tomes et écrite par M. Nive Voisine, historien et chercheur (Université Laval).

  1. Tome I : La conquête de l’Amérique (1837-1880)
  2. Tome II : Une ère de prospérité (1880-1946)
  3. Tome III : Inquiétudes et renouvellement (1946-1987)

Pour vous procurer ces volumes, communiquez avec le Frère Secrétaire Gaston Dubé :
270, rue de Normandie, Longueuil (Québec)  J4H 3P2   
secretaire@delasalle.qc.ca

(20 $ CAN. chaque tome)


Tous droits réservés © Frères des écoles chrétiennes, District du Canada Francophone   |  Réalisation OmniMedia