4e semaine de l’Avent: En Jésus, espérer d’avantage

4e semaine de l’Avent: En Jésus, espérer d’avantage

18 décembre 2021 Non Par Frères des Écoles chrétiennes

Introduction :

Le cierge de la paix. Message des anges: « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté! »

Bienvenue à la quatrième semaine de notre retraite de l’Avent. Cette retraite en ligne est offerte dans l’espoir qu’elle vous donne l’occasion d’entrer dans un temps de prière, de réflexion et d’action pendant ce temps de l’Avent. La retraite comporte trois parties:

Présence: Vous êtes invités à entrer dans ce moment de retraite par le silence ou simplement accompagné d’une musique douce ou d’un chant choisi. Il s’agit d’un temps de préparation pour bien accueillir la parole de Dieu dans votre cœur.

Prière: Suivant la méthode d’oraison de saint Jean-Baptiste de La Salle, réfléchissez à l’Évangile du dimanche de cette semaine.

Participation: Vous êtes invités à réfléchir comment l’Esprit Saint vous appelle à rendre vivant le règne de Dieu dans votre vie, votre famille, votre communauté et le monde ? Le règne de Dieu— un règne qui reflète l’amour, la miséricorde, le pardon et la justice de Dieu.

Allez! Trouvez-vous un endroit tranquille et on plonge!


Présence

Si vous le pouvez, prenez le temps d’allumer un cierge ou une chandelle.

Souvenons-nous que nous sommes en la sainte présence de Dieu.  — Et adorons-le

Chant suggéré : Taizé – Misericordias Domini


Prière

Saint Jean-Baptiste de La Salle a expliqué la méthode d’oraison à ses Frères. C’est l’évangile du Dimanche qui alimentera votre prière intérieure dans les trois mouvements qui suivent:


Premier mouvement de prière intérieure

La pleine conscience de la présence de Dieu

Arrêtez-vous quelques minutes pour vous déposer calmement et vous rappeler que Dieu est présent en ce moment même, avec vous…

  1. Dans toute la création, dans tout ce qui vous entoure;
  2. Dans vous-même, vous gardant en vie;
  3. Au milieu de ceux avec qui vous priez;
  4. Dans l’Eucharistie et dans la Parole de Dieu;
  5. En vous, par la grâce de Dieu à l’œuvre dans votre vie;
  6. Dans les jeunes et les pauvres.

Deuxième mouvement de prière intérieure

Contemplez le mystère de l’amour de Dieu à l’oeuvre dans le monde.

Lisez l’Évangile d’aujourd’hui (le texte suit ci-dessous) à quelques reprises lentement. Quels mots attirent particulièrement votre attention? Quels mots touchent votre cœur? Écoutez ce qui est dit; regardez ce qui se passe; essayez de prendre part au mystère; contemplez Jésus avec amour.

Réfléchissez au mystère de l’amour de Dieu à l’œuvre dans votre propre vie.

  1. Est-ce que l’Évangile d’aujourd’hui a-t-il un rapport avec votre propre vie ?
  2. Comment essayez-vous de partager le message de cet Évangile avec ceux avec qui vous vivez et travaillez ? Avec ceux qui ont été confiés à vos soins?
  3. Si vous choisissez de permettre à ce passage de l’Écriture de s’animer en vous maintenant, que devriez-vous changer dans votre vie ? Quels sont les obstacles à ce changement?

La voix de saint De La Salle

« Dieu vous a choisis pour le faire connaître aux autres» (Méditation 146,2)


Évangile selon Luc 1:39-45

39 Dans ce même temps, Marie se leva, et s’en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda.

40 Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Élisabeth.

41 Dès qu’Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint Esprit.

42 Elle s’écria d’une voix forte: Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni.

43 Comment m’est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi?

44 Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l’enfant a tressailli d’allégresse dans mon sein.

45 Heureuse celle qui a cru, parce que les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur auront leur accomplissement.


Troisième mouvement de prière intérieure

Prenez la résolution de laisser l’Esprit travailler en vous et à travers vous.

  • Où l’Esprit vous envoie-t-il pour vous sacrifier aujourd’hui afin que les autres puissent avoir une vie plus heureuse, plus pleine, plus sainte et plus remplie d’amour ?
  • Prenez quelques minutes maintenant pour remercier Dieu pour ce temps que vous avez passé dans la prière et pour vous offrir de nouveau, autant que vous le pouvez, à l’accomplissement de la volonté de Dieu, le plan de Dieu.

Participation

UN MONDE À CŒUR OUVERT !

Qui mieux que toi, Dieu,

Connaît si bien mon cœur, par cœur ?

Qui mieux que toi, Dieu,

Peut parler à mon cœur, droit au cœur ?

Qui mieux que Toi, Dieu

Peut parler du coeur avec cœur !

Toi, l’As de cœur, montre-moi :

La tendresse du cœur…

La gratuité du cœur…

Le pardon du cœur…

Toi, le Guide, toi, le Bon Berger :

Conduis-moi à travers le chemin de mon cœur

Au cœur du monde !

Toi, le Cœur du monde :

Apprends-moi, cœur à cœur, à aimer le monde,

Pour que ce monde parfois sans cœur,

Devienne à ton image, un monde de cœur…

Un monde à cœur ouvert !

Frère Michel Jacques, FÉC, dans 50 Prières surprenantes pour prier autrement.

Dans la semaine qui vient, vous êtes donc invités à:

  1. Prier: C’est-à-dire de vous engager dans une conversation avec Dieu. Jésus était en communication constante avec le Père, à un point où il pouvait dire « le Père et moi sommes un »; Et « Je suis ici pour faire la volonté de mon Père. » Et a un point tel qu’il a compris la volonté de son père par la prière. Le don de son exemple puissant nous invite dans une relation similaire et intime avec notre Père.
  2. Écouter: C’est-à-dire d’écouter dans la prière, écouter en voyant la beauté de la nature, écouter dans les paroles d’amour, de conseil, de correction et de sagesse des autres, écouter l’Écriture et écouter les expressions du rituel et de la Dernière Cène.
  3. Agir: C’est-à-dire de vivre une vie authentique- où les paroles correspondent à des actions basées sur des expressions bibliques de miséricorde et d’amour.
  4. Avoir confiance: C’est-à-dire d’agir avec foi. Croyez en votre discernement. Dans votre prière, demandez à Jésus de vous guider dans la façon dont vous percevez les appels du Créateur dans votre vie, puis prenez le risque de suivre ce chemin !

Question pour la réflexion:

Comme nous vivons dans la sainte présence de Dieu… Quelles « rencontres » discernons-nous dans notre vie?


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est etoile-et-vagues-retouchee-et-lettrage-1024x629.jpg.

Resources supplémentaires

Textes du 4ème dimanche de l’Avent – 19 décembre 2021

Première lecture (Mi 5, 1-4a)

Ainsi parle le Seigneur : Toi, Bethléem Éphrata, le plus petit des clans de Juda, c’est de toi que sortira pour moi celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent aux temps anciens, aux jours d’autrefois. Mais Dieu livrera son peuple jusqu’au jour où enfantera… celle qui doit enfanter, et ceux de ses frères qui resteront rejoindront les fils d’Israël. Il se dressera et il sera leur berger par la puissance du Seigneur, par la majesté du nom du Seigneur, son Dieu. Ils habiteront en sécurité, car désormais il sera grand jusqu’aux lointains de la terre, et lui-même, il sera la paix ! – Parole du Seigneur. 

Psaume (Ps 79 (80), 2a.c.3bc, 15-16a, 18-19)

Berger d’Israël, écoute, resplendis au-dessus des Kéroubim ! Réveille ta vaillance et viens nous sauver. Dieu de l’univers, reviens ! Du haut des cieux, regarde et vois : visite cette vigne, protège-la, celle qu’a plantée ta main puissante. Que ta main soutienne ton protégé, le fils de l’homme qui te doit sa force. Jamais plus nous n’irons loin de toi : fais-nous vivre et invoquer ton nom ! 

Deuxième lecture (He 10, 5-10)

Frères, en entrant dans le monde, le Christ dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps. Tu n’as pas agréé les holocaustes ni les sacrifices pour le péché ; alors, j’ai dit : Me voici, je suis venu, mon Dieu, pour faire ta volonté, ainsi qu’il est écrit de moi dans le Livre. Le Christ commence donc par dire : Tu n’as pas voulu ni agréé les sacrifices et les offrandes, les holocaustes et les sacrifices pour le péché, ceux que la Loi prescrit d’offrir. Puis il déclare : Me voici, je suis venu pour faire ta volonté. Ainsi, il supprime le premier état de choses pour établir le second. Et c’est grâce à cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande que Jésus Christ a faite de son corps, une fois pour toutes. – Parole du Seigneur. 

Évangile (Lc 1, 39-45)

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

– Acclamons la Parole de Dieu. 

Commentaires

L’enfant tressaillit en elle.

« L’enfant a tressailli d’allégresse en moi », voilà ce que déclare Elisabeth à Marie lors de la Visitation. Et c’est vrai, quand Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Ces mots de l’évangile nous disent dans quel état d’esprit et de cœur nous devons accueillir la joie de la Nativité : tressaillir d’allégresse.

Il ne s’agit pas d’un simple mouvement de joie, il s’agit de quelque chose de plus profond qui répond à une longue attente. L’accomplissement d’une attente qui remonte au début de l’Alliance.

I/ L’accomplissement des promesses de l’AT.

L’évangile de Luc se caractérise par le fait que les premiers chapitres sont une reprise de l’AT, comme préfiguration la vie publique de Jésus. Les 3 premiers chapitres de Luc ont la même fonction que le prologue de Jean que nous lirons le jour de Noël.

Elisabeth, la femme stérile, est à l’image d’Anne, la mère de Samuel. Elle voit surgir la vie dans ce qui était mort. A travers ce parallèle entre Anne et Elisabeth, qui renvoie aussi à Sarah, la femme d’Abraham, c’est l’avènement de la promesse faite à Abraham qui se réalise. C’est la figure de Samuel : prêtre, roi et prophète, qui renvoie à la mission de Jean Baptiste et à l’avènement de la royauté de Jésus. Jean Baptiste est le dernier des prophètes de l’AT, il est le nouveau Samuel qui va ouvrir le chemin de la royauté du Christ.

Zacharie est la figure des prêtres, gardiens de l’Alliance et responsable du culte dans le temple. L’annonce à Marie est d’ailleurs précédée de l’annonce à Zacharie qui se déroule dans le saint des saints du temple de Jérusalem, pendant la célébration du culte et du sacrifice. Cela n’est pas un hasard.

C’est dans le temple qu’Anne et Syméon vont reconnaître la messianité de Jésus et l’accomplissement des promesses de l’Ancien Testament. Anne et Syméon sont la figure des justes, du petit reste fidèle d’Israël qui ont gardé la foi et l’espérance dans la venue du sauveur. Cette foi et cette espérance évoquée par Michée : la puissance du Seigneur va se déployer dans un enfant qui sera le berger d’Israël et sera prince de la paix. Il naitra à Bethleem, la maison du pain, dans la maison de David. Luc reprend tous les thèmes de l’AT pour montrer que Jésus est bien celui qu’on attendait et pourquoi Jean Baptiste tressaille de joie dans le sein de sa mère.

II/ Tressaillir d’allégresse à l’incarnation.

A nous aussi, il est demandé de tressaillir d’allégresse en ces jours qui précèdent Noël. Dieu se fait homme, Dieu vient accomplir ce qu’il avait promis par les prophètes. Dieu vient à notre rencontre dans notre humanité. Cette rencontre se fait dans l’humilité et la petitesse de cette humanité : une femme stérile, un enfant, un vieux prêtre, une jeune fille, une vieille femme et un simple homme de Dieu. Ce ne sont pas les puissants, les savants et les riches qui reçoivent la nouvelle du salut et de l’incarnation, c’est l’humanité humble et petite qui en a gardé en son cœur la promesse et qui en reçoit la Bonne Nouvelle.

Cette allégresse jaillit de la simplicité de l’humilité du cœur du croyant. Lui seul peut voir la merveille de la puissance de Dieu derrière les apparences de la faiblesse d’un petit enfant.

Ce message du 4ème dimanche de l’Avent, nous dit, comme la semaine dernière,  dans quelles dispositions de cœur nous devons accueillir cette fête de Noël.

Laissons nos cœurs se remplir d’allégresse et de joie dans l’humilité et la simplicité de ce miracle qui vient se réaliser parmi nous.

P. Damien Stampers –(2021)

Besoin d’encore plus de ressources supplémentaires? C’est par ici!

Bonne semaine! Denis de Villers