La 2e phase du Chapitre générale est complétée!

La 2e phase du Chapitre générale est complétée!

La deuxième phase du Chapitre général intitulée L’audace de la vérité,  qui s’est déroulée du 4 au 9 mai et comportait deux volets : Découvrir et Rêver s’est achevée dans le sentiment du devoir accompli.

Le premier volet faisait tout d’abord place aux rapports des instances, des conseils et des comités.

4 mai

C’est  Le Frère Robert Schieler, Supérieur général, qui a donné le ton demandant à l’Assemblée : « Avons-nous été assez audacieux? Avons-nous eu l’audace et la créativité de Jean-Baptiste de La Salle? » En effet, son discours s’ouvrait en citant un extrait de la lettre aux Ephésiens disant : «Laissez-vous renouveler par la transformation spirituelle de votre pensée. Revêtez-vous de l’homme nouveau» (Eph. 4, 23-24).

Après la présentation du Frère Robert, il y a eu un temps pour les questions. Tous et chacun n’ont pas manqué l’occasion de soutenir directement et fraternellement ce qu’ils venaient d’entendre et aussi d’exprimer leurs doutes et même leur désaccord avec certaines des idées entendues. La promotion des vocations, l’association, le gouvernement de l’Institut, les laïcs, les œuvres à fermer, les projets qui portent à l’espérance, la vie des Frères, le risque, les nouveaux chemins, le changement, le changement, changeons !… sont des thèmes qui sont revenus souvent dans les prises de parole.

Frère George Van Greiken, a partagé sur son blogue la réflexion suivante :

« Par le dialogue et la discussion, je suis convaincu que nous pouvons nous diriger vers de nouveaux modèles. Je me demande si nous avons offert des modèles à nos partenaires basés sur des structures de vie religieuses? J’espère que nous trouverons un modèle selon lequel les frères et partenaires partagent la responsabilité de la mission. »

Puis est venu au micro le Service des ressources et études lasalliennes, dirigé par le Frère George Van Grieken, qui a présenté le travail de son équipe et tout ce qu’elle fait pour préserver l’histoire et la tradition de l’Institut et pour promouvoir la recherche sur les thèmes lasalliens.

Les 15 autres minutes suivant ce rapport ont été consacrées au Service des Communications et de la Technologie. Le Frère Alexander González, avec Ilaria, Giulia et Fabio, ont présenté leur travail et ont partagé la façon dont ils s’occupent des processus éditoriaux (documents officiels de l’Institut), de la communication numérique et des réseaux sociaux, du soin esthétique de la Maison Généralice, des projets spéciaux en communication et de leur travail en collaboration avec le gouvernement et les Secrétariats de l’Institut et en communion avec les communicateurs des Régions et Districts.

A la fin de la matinée, le Frère Robert Schieler a donné la parole au Frère Ernesto Sanchez, FSM, Supérieur Général des Frères Maristes qui a exprimé l’union de la Famille Mariste, le travail conjoint entre les gouvernements des deux Instituts et la reconnaissance de tant de choses que nous avons en commun.

L’étape du Chapitre qui a commencé ce 4 mai s’appelle l’Audace de la vérité et ces rapports génèrent chez les Frères et les Lasalliens présents au Chapitre des idées intéressantes qui donnent lieu à des discussions et des réflexions de grande importance.

À 15h00 les membres du Chapitre se sont réunis en groupes linguistiques dans différents endroits pour répondre à une ou plusieurs questions qui ont pour but de lancer un voyage de discernement. A 17h tous les groupes se sont retrouvés dans la Salle capitulaire pour partager leurs audacieuses et profondes réflexions.

5 mai

Cette journée fut placée sous la prise de conscience de la nécessité de traverser avec courage le «temps de l’intérim»… Ce temps et ce lieu où « le vieux n’est pas assez vieux pour être mort et où le nouveau est encore trop jeune pour naître. » – John O’Donohue, poète celtique contemporain

C’est au  Père Bryan Massingale, prêtre diocésain de Milwaukie et professeur d’éthique à Forham University. La première déclaration qu’il a faite avait pour thème : Que signifie être un courageux signe d’espoir à une époque qui ne sait pas comment se nommer ? En utilisant la citation du pape François « Nous ne vivons pas dans une ère de changement, mais un changement d’ère » En effet, il est évident pour tous que le monde est différent – le changement climatique, questions profondes sur la sexualité, la montée du nationalisme, la pandémie, etc. pour n’en nommer que quelques-uns. l’orateur met en avant plusieurs ressources pour ce nouveau chemin : le courage, l’espérance, la créativité et la confiance en YHWH. Celui qui a fait sortir le peuple d’Égypte et l’a guidé dans le désert, celui qui fait naître l’avenir…

« Que cela nous plaise ou non, nous sommes appelés à faire face à la réalité telle qu’elle est. Les temps changent et nous devons réaliser que souvent nous ne savons pas comment trouver notre place dans de nouveaux scénarios: nous continuons à rêver aux douceurs de l’Égypte » (Num 11:5), oubliant que la terre promise est devant nous, pas derrière nous, et dans notre lamentation pour les temps passés, nous nous tournons vers la pierre. » – Père Massingale

C’est vraiment impressionnant, relate Frère Van Greiken, quand quelqu’un peut être à la fois passionné et érudit, terre-à-terre et profondément ancré dans la théologie, passionné par nous et empathique envers nos priorités.

À la fin de son discours, il a reçu les applaudissements les plus soutenus de tous les exposés ou discours jusqu’à présent, et pour une bonne raison.

En milieu d’après-midi, les deux coordinateurs du CIAMEL, Alisa Macksey et le Frère Néstor Anaya, responsables de l’ensemble du processus de l’AIMEL III, ont présenté leur rapport ainsi que les propositions de l’Assemblée de la Mission. Les membres du Chapitre général ont grandement apprécié leur travail et a exprimé à une très large majorité sa communion avec les propositions et l’esprit lancé par la première phase de la III° AIMEL.

L’après-midi a été consacrée au lancement d’une activité qui se poursuivra pendant les deux jours suivants. La «Place du Marché» est technique d’animation proposée par notre animatrice, Sr Leslie Sándigo, qui permettra aux participants de faire le plein d’informations et de joie. Les uns et les autres ont eu l’occasion de découvrir sur la « Place du Marché » des expositions pour des petits groupes sur ce qui le dynamisme de l’Institut à savoir : le Secrétariat pour la Formation ; le Secrétariat pour l’Association et la Mission et le CIAMEL; le Comité Stratégique International ; le Symposium International des Jeunes Lasalliens et l’Assemblée Internationale des Jeunes Frères ; le Secrétariat pour la Solidarité et le Développement ; et la Commission préparatoire du Chapitre, qui a préparé une synthèse des notes et questionnaires soumis par les communautés, les Frères et les Lasalliens au Chapitre.

Cette journée bien remplie s’est terminée tardivement, mais cela n’a pas empêché les Capitulants et invités à célébrer la messe dans le sanctuaire avec enthousiasme et reconnaissance pour toutes ces découvertes!

6 mai

En cette 6e journée du Chapitre, les membres ont été invités à redécouvrir le thème du leadership.

Sœur Rekha Chennattu, la Supérieure générale des Sœurs de l’Assomption, a présenté ses réflexions sur le thème «Vers un modèle synodal de leadership – Un réflexion tirée de l’Évangile de Jean». Sœur Rekha a analysé les trois styles de leadership décrits dans l’évangile de Jean : le style du bon Pasteur, le style de leadership du serviteur (le lavement des pieds) et le style de leadership de l’alliance qui est basé sur l’amour et l’amitié mutuels (Jean 21 – commandement de Pierre). Sœur Rekha a conclu que le besoin actuel des instituts religieux est celui d’un leadership basé sur une «relation d’alliance», où l’on fait l’expérience de l’amour et de l’amitié mutuels, de l’égalité et de l’équité.

La séance de 15 heures a été consacrée à la présentation du rapport sur les finances de l’Institut par le Frère Martin Rocha Pedrajo, l’Économe général de l’Institut. Enfin, l’Économe général a remercié les anciens Frères Économe généraux qui ont travaillé dans le domaine des finances de l’Institut.

7 mai

En ce 7e jour du Chapitre général, la conférence du jour nous fut donnée sur le thème « Être Frère, un défi évangélique et missionnaire » par Frère Éric de Clermont-Tonnerre, dominicain français. Il est diplômé de l’école supérieure des sciences économiques et commerciales l’ESSEC, il détient une maîtrise de théologie de la faculté de théologie catholique de Strasbourg. Il a été maître des novices, prieur provincial, président de la conférence des Supérieurs majeurs de France et directeur des Editions du Cerf.

Des paroles fortes furent offertes comme autant de nourriture à la réflexion :

« Nous sommes immanquablement des êtres à la fois seuls et en relation avec d’autres. »

 La fraternité est une donnée, une tâche, une épreuve à cause des limites des uns et des autres. « Le plus doux et le plus douloureux des fardeaux. »

« Ce qui fait la communauté ce n’est pas la ressemblance mais les besoins différents de chacun pour se livrer ensemble à une tâche commune. »

 « Être frère c’est reconnaître l’autre comme différent et pourtant se sentir semblable à lui et se faire proche de lui. »

« Première condition: mettre en commun réellement tout en respectant les différences. C’est-à-dire qu’il faut vivre une amitié véritable avec ceux avec lesquels nous vivons et travaillons.

– Deuxième condition: faire la vérité. Il y a quatre mots qui doivent caractériser le vivre ensemble. Ces quatre mots sont tirés du psaume 84: « Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent. »

– Troisième condition: l’importance d’assumer les conflits et de pardonner. »

Lors de la période de questions, une question a été soulevée qui mérite qu’on s’y attarde : « Dans un institut religieux où nous partageons un charisme entre partenaires religieux et laïcs, quelle structure de critères avons-nous pour la fraternité? »

La réponse n’est pas moins intéressante et est venue de la part de Frère de Clermont-Tonnerre : « Les vœux religieux sont quelque chose qui est établi par une institution. Le deuxième cas est une idée plus nouvelle. Vous devez être très clair – construit et structuré ensemble par des règles ou des documents qui peuvent donner un sens à la mission. Ce qui est le plus important, c’est que cette collaboration doit être réelle; il doit y avoir une véritable responsabilité partagée. Et l’expérience de fraternité est quelque chose qui est reconnu et célébré. C’est une fraternité qui doit être concrète, humaine et spirituelle à la fois. » Il va sans dire que l’assemblée du Chapitre était plus que prête à parler d’Association dans ce qui allait suivre.

À 15 heures, le groupe fut de nouveau rassemblé pour assister au rapport du Secrétariat de l’Association  par Frère Paco Chivas et Mme Heather Ruple Gilson lequel fut présenté de façon très dynamique.

D’entrée de jeu, chaque membre du Chapitre s’est vu offrir un petit sac de plastique contenant 67 pierres grises et une pierre noire. Symboliquement, cela représente la proportion de 67 pour 1 des partenaires et des frères œuvrant dans les ministères à ce jour.

À la question posée par les Frères « Qu’attendez-vous de nous » Heather Ripple a répondu avec assurance:

« Nous vous demandons de nous faire confiance alors que nous allons de l’avant. … Je vous offre une invitation en tant que personne ayant une association de fait – comme tous ceux qui ont un niveau profond d’engagement et de vocation. Nous attendons. Nous attendons de partir vers des îles inconnues et de nous aventurer plus loin dans notre voyage de mission et d’association. Joignez-vous à nous. Mais nous avons besoin des deux. Nous avons besoin d’actions et de structures. Nous avons besoin d’être habilités afin que nous puissions nous accompagner les uns les autres dans la poursuite de la mission. »

Ce fut une proposition audacieuse pour les « piliers » lasalliens.

Les questions n’ont pas manqué tant sur l’organisation de ce service que sur des questions plus profondes touchant à la mission partagée entre Frères et Laïcs.

Quelques réflexions sont encore des incontournables:

– Il faut continuer à aider le processus de l’AIMEL qui doit avoir une deuxième session en octobre prochain.

– Un Secrétariat comme structure efficace… avec une professionnalisation des personnels.

– La peur d’une formation insuffisante des laïcs actuellement… qu’en adviendra-t-il dans l’avenir ?

– La formation initiale des Frères est aussi un sujet très intéressant et qui devrait être regardé!

– Peur qu’il soit déjà trop tard dans certaines parties de l’institut pour sécuriser l’association…

– On (laïcs et Frères) semble ne pas être dans la même barque. Il semblerait que les Frères soient encore prêts à prendre des décisions à la place des laïcs.

– Il faut se réunir pour discuter du désir de travailler ensemble, éviter la compétition au sein des groupes lasalliens…

– À propos des communautés intentionnelles (terme qui apparait souvent au cours de cette première semaine) : il faudra au cours de ce Chapitre bien préciser ce que les uns et les autres nous mettons sous ce terme. Des réalités existent, des expériences se mettent en place… Des interrogations subsistent…

– Plusieurs façons actuelles de vivre la mission partagée (fraternités, communauté intentionnelles etc.) – Que signifie être Frère aujourd’hui ? (Être Frère aujourd’hui est encore à actualiser…)

Le moins qu’on puisse dire c’est que ces conversations furent riches, stimulantes, honnêtes (surtout) et utiles pour la suite des choses.

8 mai

La 8e journée du Chapitre fut une journée de repos bien méritée pour les Frères et les Lasalliens. La Commission centrale du Chapitre a proposé quelques activités organisées : une visite à Assise pour visiter le Sanctuaire de Saint François, mais aussi pour découvrir une œuvre sociale gérée par les Franciscains. Un autre groupe a visité une œuvre de la communauté de Sant ’Egidio à Rome. Les autres Capitulants ont profité de la journée pour se reposer ou visiter la ville de Rome.

9 mai

En ce 9e jour de Chapitre, un tournant dans le travail du Chapitre a été pris. Alors que se conclut la phase de l’audace de la vérité, une vision commence à émerger. La journée débuta par la poursuite des discussion sur l’association dans la Famille lasallienne. Il en est allé de même pour l’identité, l’appartenance et la mission partagée. Ce fut l’occasion de continuer à regarder vers l’avenir et d’envisager un Institut et une Famille lasallienne où les différents appels vocationnels, Frères et Partenaires lasalliens, confirment l’appel unique de chacun et continuent à assumer collectivement la responsabilité de la mission. La discussion a souligné l’importance de l’accompagnement et de la formation pour approfondir notre compréhension de l’association lasallienne pour la mission.

Sr. Leslye Sándigo, la facilitatrice, a contextualisé et récapitulé tout ce qui a porté la réflexion des membres jusqu’à aujourd’hui. Elle a commencé par le premier jour et a refait le chemin de la semaine. Tout cela était dans l’intention de nous interpeller, de nous provoquer et de jongler avec ces questions : Quel est le cri auquel nous allons répondre en tant qu’Institut ? Quelle est notre expérience de l’Esprit ? Quelle est notre réponse pour aujourd’hui ?

Une bonne partie de la journée s’est passée en groupes linguistiques pour identifier et articuler un seul défi pour l’Institut, puis pour d’écrire trois conditions que nous devrons renforcer pour relever ce défi. 

En fin d’après-midi, dans l’Aula Magna, les six groupes ont partagé en plénière le défi qu’ils ont discerné. 

En fin d’après-midi et en soirée, un groupe de travail composé des coordinateurs des groupes linguistiques, se réunirent pour articuler une déclaration qui exprime un défi unique pour l’Institut. 

Comme l’a souligné un capitulant, les défis ont identifié des idées clés : prophétique ; changement de conscience ; fraternité évangélique ; charismatique. Ces idées peuvent guider le travail qui consiste à rassembler les six défis en un seul défi que le Chapitre relèvera. Ce travail fut laissé aux secrétaires de chaque groupe qui se sont réunis le soir pour développer un défi global et ses conditions. Ce travail sera ensuite présenté au Chapitre pour qu’il l’examine au moment où il s’apprête à identifier ce qui pourrait être dans la phase de rêve.

Note : Ce compte rendu a été rendu possible grâce aux ressources mise au commun par l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes et qu’on peut retrouver dans les liens suivants :

Comment suivre le 46e Chapitre général :

Les chroniques de Frère Alexander Gonzalez du service des communications de l’Institut : https://fsc46gc.lasalle.org/cronicas/?lang=fr

Les réflexion de Frère Tim Coldwell, Conseiller général à la RELAN: https://lasallian.info/who-we-are/christian-brothers-conference/general-councilor/

Le blog « Les ruminations lasalliennes » de Frère George Van Grieken, secrétaire à la recherche et aux ressources lasalliennes: https://georgevangrieken.blogspot.com/2022/04/aprile-30-2022-general-chapter-2022.html?fbclid=IwAR0uG6cT0sUI1kbyaz2OjKdlUhF05venIlVCzMSIbZOJRltp8mSUbKXAZ9c

La page Facebook de l’Évènement : https://www.facebook.com/lasalleorg

La page du 46e Chapitre Général de l’Institut: https://fsc46gc.lasalle.org/?lang=fr